dimanche 12 juin 2016

Lecture: La fille du train


Encore un roman découvert au cours de "A year in England", dont les nombreuses participations me permettent de glaner de quoi participer cette année encore au "Mois anglais" (j'y prends goût ;-)).

Résumé: Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu'elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l'être par le passé avec son mari, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c'est avec stupeur qu'elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu... 

Il est difficile de parler de ce livre sans dévoiler le fin mot de l'histoire (ce qui serait dommage), mais l'intrigue est plutôt bien menée, en tout cas on a envie d'aller au bout pour comprendre (même si j'avais des doutes avant la fin, ce qui ne m'arrive pas souvent).
L'alternance des 3 voix de femmes renforce le mystère, en brouillant les pistes tout en dévoilant au fur et à mesure les clés de l'énigme.

Plus qu'un roman policier, ce livre nous parle des femmes, des choix qu'on peut faire par amour, et qu'on peut parfois regrette, de ce qu'on est prêtes à accepter par amour, mais qui finit par nous faire irrémédiablement souffrir.
Rache souffre d'avoir été abandonnée, mais aussi et surtout de l'avoir été au moment où elle aurait eu le plus besoin de soutien. Megan souffre à cause de son passé, et de son présent qui la contraint à l'inactivité, et la renvoie à ce qui lui père. Anna souffre aussi, inconsciemment, de sa situation de mère au foyer, même si c'est aussi pour elle le plus grand bonheur possible.

Une lecture sympa et accrocheuse pour un bon moment de détente!

*****************************************************
Nouvelle participation au "Mois anglais"

1 commentaire:

  1. Je ne suis pas toujours une grande fan de polars contemporains mais je trouve l'introduction de ce livre telle que tu la décris très originale. Sans doute parce que moi aussi j'aime regarder certaines maisons ou appartements depuis les bus, métros ou trains et m'imaginer la vie à l'intérieur.

    RépondreSupprimer

N'ayant pas accès à vos adresses mail, je ne peux vous répondre qu'ici, alors n'hésitez pas à revenir!