samedi 21 janvier 2017

Lecture: rattrapage de ma rentrée littéraire

La fin de l'année 2016 a été très compliquée pour moi, je n'ai pas eu ni le temps ni le courage de chroniquer les livres lus fin novembre, et je ne vous parle pas des billets dans mes brouillons qui attendent que je les écrive....

Je vais donc rattraper un peu le temps perdu avec 3 chroniques en une, je m'en excuse, d'autant que ma mémoire flanche un peu sur ces lectures découvertes juste avant l'accident de mon père qui a bouleversé notre mois de décembre.

La jeune fille et la guerre (Sara Novic)
Résumé: Ana mène une existence heureuse à Zagreb avec ses parents, sa petite sœur Rahela et son meilleur ami Luka lorsque la guerre avec les Serbes éclate. Bientôt, ce sont les premiers raids aériens, la peur au quotidien, l’afflux des réfugiés. Mais le pire reste à venir : au cours d’une expédition en Bosnie pour tenter de faire soigner Rahela, Ana et ses parents tombent dans une embuscade. Seule survivante, Ana va apprendre le maniement des armes dans un village rebelle avant de quitter le pays et de trouver refuge aux États-Unis.
En Amérique, Ana tente de reconstruire sa vie et de tirer un trait sur le passé. Mais devenue jeune femme, et alors que la guerre fait de nouveau irruption dans son pays d’adoption avec le 11-Septembre, elle découvre qu’il faut parfois se confronter à ses démons pour reprendre le cours de son existence.

Ce livre m'a interpelé parce que ma belle-soeur est croate, d'un père serbe et d'une mère croate, et que cette guerre elle l'a vécu, et de ce que j'ai compris (c'est difficile de poser des questions de but en blanc sur une partie sombre de son histoire), ils ont dû fuir en Italie, la guerre a divisé leur famille....
L'héroïne de ce roman est une petite fille comme elle, quasiment du même âge, qui mène une vie heureuse entre sa famille et ses amis dans Zagreb ravagée par la guerre. Mais la maladie de sa soeur les contraint à sortir du pays pour l'emmener se faire soigner, et la vie d'Ana bascule. Ses parents meurent à côté d'elle, tout en tentant de la protéger, elle se retrouve seule et va devenir un enfant soldat, prenant les armes pour défendre le village qui l'a recueillie.
Adoptée avec sa soeur aux Etats-Unis, Ana enfouit son histoire, la dissimulant même à son petit ami, jusqu'à ce que son témoignage au Nations Unies la pousse à retourner en Croatie sur les traces de son passé.
Pour son premier roman, Sara Novic nous offre une histoire émouvante, mais aussi un rappel que les enfants soldats n'existent pas qu'à l'autre bout du monde, qu'à notre porte il n'y a pas si longtemps des enfants comme nous ont vu leur pays basculer dans l'horreur, et qu'ils ont dû affronter ce qu'on ne souhaite à aucun enfant dans le monde! Une belle découverte!



Des hommes de peu de foi (Nickolas Butler)
Résumé: Nelson a 13 ans en 1962 et passe l'été avec son père dans le Wisconsin, dans un camp scout dont il est le clairon. Cette histoire raconte le tournant qu'a été pour lui cet été-là et le suit dans différentes étapes de sa vie, notamment en 1996 et en 2019, et évoque les difficultés de l'âge adulte, d'être un bon père, un bon mari, un patriote...

Après "Retour à Little Wing", j'étais impatiente de découvrir le nouveau roman de Nickolas Butler, d'autant qu'Eva en a fait une critique qui m'a donné envie de le lire. Je dois avouer que je suis mitigée sur cette lecture. Je n'ai pas réussi à accrocher avec les personnages, et camp scout à l'américaine ne me parle pas, je ne me suis pas sentie emportée. Pourtant l'idée de ces trois générations avec leurs valeurs, leurs faiblesses est intéressante, mais je n'ai pas accroché. Je vous encourage à aller lire le billet d'Eva qui est bien plus argumenté que le mien, et donne une opinion plus positive de ce roman à côté duquel je suis passée.


The girls (Emma Cline)
Résumé: Nord de la Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Fille unique et mal dans sa peau, elle n'a que Connie, son amie d'enfance. Lorsqu'une dispute les sépare au début de l'été, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté, les tenues débraillées et l'atmosphère d'abandon qui les entoure la fascinent. Elle tombe sous la coupe de Suzanne, l'aînée de cette bande, et se laisse entraîner dans le cercle dune secte et de son leader charismatique, Russell. Caché dans les collines, leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l'adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s y faire accepter. Tandis qu elle passe de moins en moins de temps chez sa mère et que son obsession pour Suzanne va grandissant, Evie ne s'aperçoit pas quelle s'approche inéluctablement dune violence impensable. Dense et rythmé, le premier roman d Emma Cline est saisissant de perspicacité psychologique. Raconté par une Evie adulte mais toujours cabossée, il est un portrait remarquable des filles comme des femmes qu'elles deviennent.

Encore une lecture sur les recommandations d'Eva, pour qui ce roman a été un coup de coeur. Si ce n'est pas le cas pour moi, cette lecture a été une très belle découverte. Evie adulte revient sur ce qu'elle a vécu adolescente. Parents séparés, perte de repère, Evie est attirée par un groupe de jeunes filles qui vivent sans contraintes, dans une communauté dirigée par un "gourou". Mais plus que Russel, ce gourou, c'est Suzanne qui attire Evie. Celle-ci s'intègre progressivement dans le groupe tout en conservant un semblant d'existence normale en continuant de vivre chez sa mère. J'ai beaucoup aimé l'ambiguité des sentiments et relations de Suzanne et Evie, mélange d'amour, de jalousie. On peut se demander si l'exclusion d'Evie des évènements dramatiques qui scellèrent le destin de Suzanne sont dus à de la jalousie, un besoin de contrôle ou un besoin de protection de la part de Suzanne vis-à-vis d'Evie. Dans ce roman on voit comment une jeune fille perdue peut être embarquée par une secte: Evie n'a plus de repères, elle est animée par un esprit de rébellion qui la conduit à suivre une voie dangereuse, à laquelle elle n'échappera que par hasard et par chance, et qui la poursuivra toute sa vie.
Là encore, une jolie découverte de la rentrée littéraire!

lundi 9 janvier 2017

2017!


Après une longue absence forcée par des problèmes familiaux, c'est avec plaisir et une sérénité retrouvée que je retrouve mon clavier et le chemin de ces pages.

Je vous souhaite une très belle année 2017, pour vous et pour tous ceux qui vous sont chers. Qu'elle soit remplie d'amour, d'amitié, de famille, de solidarité et de partage, de bonheur, de santé, et de tout ce que vous souhaitez!