mardi 4 août 2015

Lecture: Price

Livre pioché dans le non-challenge des pépites de Galéa, où il était recommandé par Eva, c'est "Price" qui a accompagné mon retour au boulot.

Résumé: Daniel Price, dix-huit ans, a les traits de son père, la belle stature de sa mère, et une âme qui ne sait plus à quel saint se vouer. Tout commence par un combat perdu d'avance, occasion ratée de se tirer d'East Chicago, ville industrielle et prolétaire, où l'avenir se résume à passer sa vie à l'usine. Flanqué d'amis à peu près aussi paumés que lui - Larry, le teigneux, et Billy, la bonne pâte -, Daniel va, au cours de son dernier été d'adolescent, tandis que son père agonise, être emporte par la force dévastatrice d'un premier amour, quand chaque mot et chaque geste prennent des proportions démesurées. Histoire orageuse, parcourue d’égarements, de trahisons et de colère, Price raconte l’odyssée intime d'un garçon projeté brutalement dans la vie adulte, où vérité et mensonge, raison et folie finissent par se confondre. Premier roman maitrisé et fondateur, Price, par ses tensions et ses renoncements, vibre d'une incroyable puissance dramatique et décrit avec honnêteté la lutte intérieure d'un jeune homme pour assumer sa liberté par-delà le désespoir.

L'auteur nous plonge complètement dans l'univers de Daniel Price, banlieue où les jeunes n'ont pour avenir que l'usine, où la réussite des enfants fait la fierté des parents et des voisins qui n'ont jamais fait d'études. J'ai énormément aimé les personnages qui gravitent autour de Daniel, profondément humains, indécis, à la recherche du bonheur, de l'amour, de la réussite, parfois par procuration.

Pendant cet été qui va bouleverser sa vie, Daniel va découvrir l'amour, la jalousie, la souffrance, mais ce premier amour va le pousser à tout abandonner derrière lui: il coupe les liens avec ses amis, s'isole même de sa famille, alors même que cet amour n'est finalement qu'une illusion. A travers cet amour, Daniel se découvre des points communs avec son père, mais des "mauvais points", et son père dans sa déchéance cherche d'une certaine façon à attirer son fils dans son malheur, attisant sa jalousie. J'ai trouvé profondément triste le comportement de Daniel vis-à-vis de son père, en particulier son refus d'aller le voir à l'hôpital, son refus d'aider sa mère jusqu'à ce qu'il y soit contraint et forcé. Cela ne me l'a pas rendu sympathique, et je ne suis pas sure que l'amour puisse justifier ce type de comportement égoïste.

Malgré la magnifique écriture, je n'ai finalement pas vraiment accroché avec ce roman, avec ce "héros" qui ne m'a pas séduite. Peut-être que mon histoire personnelle me rend plus difficile la relation parent/enfant pendant la maladie, peut-être n'ai-je jamais vécu cet aveuglement amoureux qui empêche Daniel de voir la réalité des choses, peut-être aussi que j'attache plus d'importance à l'amitié que Daniel, mais au final ce roman me laisse un goût amer, le regret de n'avoir pas réussi à vivre cet été comme Daniel.

2 commentaires:

  1. Il avait été assez encensé ce livre mine de rien, ce qui me retenait c'était ce que tu dis, une certaine désespérance finalement...je le lirai tout de même un jour sans doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le lis, ton avis m'intéresse!

      Supprimer

N'ayant pas accès à vos adresses mail, je ne peux vous répondre qu'ici, alors n'hésitez pas à revenir!