jeudi 20 octobre 2016

Lecture: L'amie prodigieuse


Ce livre m'a été recommandé par Miss Léo et Galéa quand je cherchais des lectures pour cet été....il m'a fallu un peu plus de temps que prévu pour le sortir de ma PAL.

Résumé: Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.

J'avais entendu beaucoup de bien de ce roman, j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans. Peut-être aussi parce que je n'avais pas la tête à ça, et que les instants volés ne me permettaient pas de profiter de tout ce qu'Elena Ferrante nous apporte dans ces pages. Mais après ce démarrage difficile, je me suis laissée emporter dans ce quartier napolitain populaire, où les habitants vivent en vase clos, où règnent les conflits intra et extra familiaux, la violence, les rivalités...

L'histoire débute par la disparition de Lila qui s'évanouit corps et biens dans la nature. Elena, sa grande amie, remonte alors le temps pour nous narrer leur histoire.

Dès son plus jeune âge, Lila est une petite fille pas comme les autres, elle ne cherche pas à se faire aimer, elle domine les autres enfants par son intelligence hors norme. Au contraire, Elena est effacée, elle vit dans l'ombre de Lila, toujours derrière, moins brillante, moins audacieuse.... et pourtant c'est elle qui va avoir la chance de pouvoir continuer ses études, malgré l'opposition de sa mère, et devenir une étudiante brillante, alors que Lila quant à elle doit renoncer à l'avenir qui lui est promis pour aller travailler aux côtés de ses parents.
Tout au long du roman, Elena nous décrit cette relation très particulière qui les lie, relation dominée par Lila qui même quand la vie semble privilégier Elena reprend toujours l'ascendant: dominance intellectuelle, puis dominance physique quand elle devient la fille la plus courtisée du quartier...
Elena a besoin de la caution de Lila pour se valoriser, elle s'évalue à l'aune du regard de son amie, ce qui la conduit à se dévaloriser plus qu'à se mettre en valeur.
Je n'ai pas trouvé Lila spécialement sympathique, peut-être parce que je ressemble plus à Elena qu'à Lila, plus suiveuse que meneuse, plus besogneuse que créative. Mais on sent des failles derrière sa façade parfois dure et moqueuse, celles d'une petite fille qui voit ses rêves se briser, et qui tente de forcer son destin en apprenant par elle même, et en trouvant des échappatoires avec les moyens à sa disposition, puisqu'elle ne peut totalement briser le cadre, même si cela impacte parfois négativement son entourage...

Autour de ce duo gravitent leurs familles, leurs voisins, leurs amis, un monde dans lequel on est immergés, voire submergés. C'est une véritable communauté, tout le monde se connaît, les rivalités, les rancœurs, les histoires entre familles régissent le fonctionnement du quartier. C'est à cette vie en vase clos qu'Elena et Lila voudraient échapper, mais seule Elena va pouvoir à travers ses études découvrir ce qui se passe ailleurs, ce qui génère des tiraillements entre ce qu'elle vit au quotidien, et ce qu'elle sait exister à l'extérieur. Lila quant à elle va trouver une solution "interne" pour échapper à sa famille et à l'avenir que ses parents veulent lui tracer, renforçant la distance avec le destin qui semble s'ouvrir à Elena.

Seul petit hic, j'ai été un peu dérangée par la temporalité du livre: j'ai eu du mal à suivre le passage des époques, ne sachant pas toujours à quel âge des filles se situaient les différents épisodes. Elles paraissent très mures très vite, alors même qu'à la fin elles n'ont même pas 18 ans. De même, le roman n'est que peu situé dans le temps, même si les références à la politique ou les modèles de voitures permettent de se situer (à condition de s'y connaître...).

Au final une belle découverte, même si la fin appelle une suite que j'ai hâte de lire!

1 commentaire:

  1. pour moi c'est un coup de coeur! et j'adore la suite également (et hâte de lire les deux derniers tomes de cette tétralogie)
    c'est vrai qu'elles semblent plus mûres que leur âge, mais c'est une époque et un milieu où il n'y avait pas vraiment d'adolescence, où on arrêtait vite l'école pour travailler
    et pour se marier et avoir des enfants..J'ai l'impression que leurs 18 ans correspondent à 10 ans de plus aujourd'hui...

    RépondreSupprimer

N'ayant pas accès à vos adresses mail, je ne peux vous répondre qu'ici, alors n'hésitez pas à revenir!