mercredi 2 août 2017

Lecture: La dernière fugitive


Tracy Chevalier est un auteur dont j'apprécie la plume, j'avais déjà lu d'elle "La jeune fille à la perle et  "La Dame à la Licorne".
Grâce aux recommandations du Mois anglais 2017, j'ai emprunté "La dernière fugitive".

Résumé: 1850. Après un revers sentimental, Honor fuit les regards compatissants des membres de sa communauté quaker.
Elle s'embarque pour les Etats-Unis avec sa soeur, Grace, qui doit rejoindre son fiancé.
A l'éprouvante traversée s'ajoute bientôt une autre épreuve : la mort de Grace, emportée par la fièvre jaune. Honor décide néanmoins de poursuivre son voyage jusqu'à Faithwell, une petite bourgade de l'Ohio.
C'est dans cette Amérique encore sauvage et soumise aux lois esclavagistes, contre lesquelles les quakers s'insurgent, qu'elle va essayer de se reconstruire
.

Loin de l'ambiance des précédents romans que j'ai lus, ce récit ne tourne pas autour d'une oeuvre d'art, mais nous emmène dans l'Amérique du 19ème siècle, aux côtés d'Honoré, une jeune Quaker anglaise.
Après avoir quitté l'Angleterre pour fuir la honte de l'abandon et la pitié de sa communauté, Honor perd sa soeur et se retrouve seule en pays inconnu. Elle l'est d'autant plus qu'à cause des difficultés d'acheminement du courrier entre l'Angleterre et les Etats-Unis son futur beau-frère ne l'attend pas, et que sa présence dérange le foyer dans lequel elle arrive.
Malgré son attirance pour un séduisant chasseur d'esclaves, elle épouse un jeune homme de sa communauté, afin de ne pas en être exclue, mais peine à s'intégrer dans sa nouvelle famille. En accord avec les principes de sa foi, elle va tenter d'aider les esclaves fuyant le Sud pour rejoindre le Canada, allant jusqu'à quitter son mari pour suivre ses principes.

Ce roman est très riche, il aborde de nombreux thèmes qui nous ouvrent des champs de réflexion.
Tracy Chevalier y évoque le développement de l'Amérique et l'implantation de colons venus d'Angleterre, avec la difficulté d'intégrer un pays sans histoire, où tout est à construire. Honor arrive avec ses habitudes, sa façon de penser, et même si elle entre dans une communauté qui partage sa foi, elle a du mal à trouver sa place et ses repères.
Dans cette Amérique qui se développe, l'esclavage règne, et nul ne peut s'y opposer sous peine de sanctions pouvant aller jusqu'à tout perdre. Mais des femmes et des hommes aidaient malgré tout les fugitifs. J'ai découvert grâce à ce roman le "chemin de fer clandestin", ce réseau mis en place pour permettre aux esclaves de gagner la liberté. Et les quakers, la communauté d'Honor, ont joué un rôle important dans ce chemin de fer.
Je n'avais jamais entendu parler des quakers, Tracy Chevalier nous fait pénétrer dans leur univers par le biais de son héroïne. Avec Honor on découvre leur façon de vivre, les règles de simplicité qui régissent leur vie, leur culte et l'importance du silence et de la lumière intérieure, mais aussi les règles de vie de la communauté, que ce soit pour décider d'un mariage, exclure quelqu'un de la communauté.... Et dans ces habitudes de vie il y a pour les femmes la réalisation de quilts
en patchwork (jai compris de ma lecture que les quilts sont des genres d'édredons). Ce sont des éléments indispensables du trousseau d'une jeune mariée, et les femmes de la communauté se réunissent pour les réaliser. Cadeaux personnalisés, ils sont le souvenir de ceux qui l'ont réalisé pour ceux qui les possèdent.
Dans le roman la réalisation des quilts en elle même est symbolique du changement de vie d'Honor: les femmes de sa nouvelle communauté n'ont pas la même façon de procéder, elles ne font pas un véritable patchwork qui prend du temps, et Honor juge au départ cette méthode moins noble, mais elle va apprendre à apprécier aussi cette façon de faire, comme elle va devoir apprendre à trouver sa place dans la société américaine.

Honor est une héroïne attachante, malgré l'abandon par son fiancé elle prend son destin en main en suivant sa soeur, et elle va continuer à avancer envers et contre tout pour atteindre la destination prévue. C'est une femme de coeur et de principes, elle préfèrera renoncer à sa place dans la communauté plutôt que de renoncer à aider les esclaves en fuite, car il lui semblerait alors renier les principes mêmes de sa foi.
Même si le roman met en avant l'importance que des gens s'engagent pour aider les autres, il soulève la difficulté de suivre ses principes quand les conséquences peuvent être fatales, ou quand l'expérience amère a déjà été faite que le risque encouru est grand. Il nous montre aussi qu'il n'est pas facile de juger des décisions des autres sans savoir ce qui les motive, comme Honor le fait au départ avec sa belle-famille, et aussi que parfois il faut savoir nuancer et ne pas surestimer sa propre valeur dans un système global.

Une très belle découverte qui confirme que quel que soit le terrain choisi, Tracy Chevalier m'emmène avec ses héroïnes en me faisant découvrir des pans de culture et d'histoire que je ne connaissais pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'ayant pas accès à vos adresses mail, je ne peux vous répondre qu'ici, alors n'hésitez pas à revenir!